petitanim
Pour une diffusion plus large : Envoyez-nous vos infos, vos nouvelles, vos blagues, vos anecdotes, vos événements, vos caricatures .............
Lundi 24 Avril 2017
Lundi 22 mai 2006 à 20 heures
FEMMES EN LUTTE de BUTHINA CANAAN KHOURY
Un documentaire palestinien sur d’ex-détenues

FEMMES EN LUTTE de BUTHINA CANAAN KHOURY

Une conférence-débat avec Mme Khoury (en anglais, traduite en français) suivra

la projection (en arabe, avec sous-titres anglais)

Avec l’appui de l’ACAT France

(Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture)

« Women in Struggle » (Femmes en Lutte)
publié le mercredi 25 août 2004
Geneviève Cora Fraser

Tout palestinien qui s’implique dans la lutte nationale pour l’indépendance, prend un risque que son rôle soit non violent ou un acte de résistance contre la brutalité de presque quarante ans de l’occupation israélienne.

« Women in Struggle » (Femmes en Lutte) met en lumière le mouvement des prisonnières palestiniennes

Le documentaire « Women in Struggle » suit la vie de quatre anciennes prisonnières politiques, des femmes qui ont été non seulement impliquées dans les aspects violents de la lutte nationale, mais en ont également payer le prix par un emprisonnement.

En utilisant les techniques du cinéma pour suivre chaque caractère séparément, l’histoire se déroule non seulement dans la vie des sujets mais montre aussi que ces femmes ont ressenti les changements qui se sont produits en Palestine, y compris pendant la dernière Intifada. Des images filmées et des photos en noir et blanc apportent une crédibilité à leur implication. Produit, dirigé et filmé par Buthina Canaan Khoury, le film débute le mardi 17 août à 16.00 heures dans l’ ’Al Kasaba’ de Ramallah.

Aysha, une divorcée de 53 ans, vit toute seule dans un petit village près de Ramallah. A travers les années, Aysha a changé ses points de vue politiques. Elle a été capturée au début des années 70 après avoir posé une bombe qui a tué des israéliens et en a blessé beaucoup d’autres. Elle a été condamné à perpétuité dans une prison israélienne et a été détenue 10 ans avant d’être relâchée. Suite à sa libération, elle a vécu en exil pendant longtemps avant de retourner en Palestine après les accords de paix d’Oslo.

Rasmieh était la camarade d’Aysha dans la planification de l’attaque à la bombe. Elle a été capturée et torturée en même temps qu’Aysha et a passé 10 ans en prison comme Aysha. Elle a été relâchée avec elle lors des premiers échanges de prisonniers entre l’OLP et le gouvernement israélien. Elle est aujourd’hui avocate.

Rawda est une femme corpulente proche de la cinquantaine qui a été désavouée et abandonnée par sa famille à cause des choix qu’elle a pris dans sa vie. Alors qu’elle préparait une opération militaire dans sa maison à Jérusalem, une bombe a explosé prématurément la blessant ainsi que d’autres compatriotes. D’autres personnes appartenant à son groupe politique sont mortes dans l’explosion.

Rawda a non seulement épousé un ancien détenu, mais aussi un musulman qui n’est pas de sa religion. A cause des tortures physiques qu’ils ont subi pendant la détention, le couple n’a pas pu avoir d’enfants et en ont donc adopté un. Sa vie a dévié loin de ce qui est considéré comme le chemin traditionnel pour une femme palestinienne.

Terry et Rwanda sont des amis proches. Mais contrairement à Rwanda, ses emprisonnements répétés n’ont pas duré longtemps. Terry a suivi le chemin de Rwanda en épousant une personne d’une autre religion. Elle vit aujourd’hui à Jérusalem et possède une carte d’identité jérusalémite. Elle a épousé un homme d’Abu Dis en Cisjordanie, près de Jérusalem. Malheureusement, Israël a choisi de construire de Mur de l’Apartheid près de sa maison. Suite aux changements perpétuels des lois israéliennes, son mari vit sous la menace d’expulsion de sa propre maison ce qui diviserait la famille. Ils ont deux filles.

« Women in Struggle » est un regard en gros plan et personnel de la réalité qui est rarement examiné en profondeur, notamment le Mouvement des Prisonnières Palestiniennes.

Depuis 1968, environ 10.000 femmes palestiniennes ont été emprisonnées en Israël.

Pendant beaucoup d’années, ces prisonnières politiques ont été placées dans les mêmes prisons que les détenus de droit commun.

Pour essayer d’améliorer leurs conditions, les femmes ont organisé des grèves de la faim et ont utilisé des tactiques de pression sur les services pénitentiaires israéliens afin de négocier les droits et les besoins des femmes prisonnières.
Un conseil a été organisé et un mouvement politique est né derrière les barreaux.
Selon Khoury, pour essayer de briser les femmes, de les humilier et de les amener à avouer, beaucoup d’entre elles ont souffert une variété de tactiques de torture comprenant des menaces et tentatives de viol accompagnées de tortures physiques et psychologiques afin de les terroriser.

« La torture physique comprenait l’interdiction de voir la famille, de manger, de dormir, de socialiser et même de s’asseoir. Ce type de torture signifiait aussi que beaucoup de femmes étaient obligées de rester longtemps debout avec un sac sale et opaque couvrant leurs têtes et leur visage, les mains et les pieds entravés » raconte-t-elle.

« Malgré le fait que cela ne laissait pas immédiatement des marques physiques sur leurs corps, cela provoquait une humiliation douloureuse et des maladies diverses sur le long terme comme les rhumatismes, des hernies discales, des ulcères et des tensions artérielles déréglées. De plus, l’utilisation de musique à plein volume, de voix diverses qui criaient, le fait d’entendre les autres qui étaient en train d’être torturées et battues physiquement sur différentes parties de leurs corps, a été utilisé de façon intensive contre les détenues » a expliqué la cinéaste.

En 1996, suite à la signature de l’accord de paix d’Oslo, beaucoup de femmes prisonnières ont pris une position légendaire. Utilisant le slogan « pas de paix sans la libération de tous les prisonniers femmes et hommes » elles ont refusé d’être relâchées en petits groupes.

En conséquence, leur libération a été retardée d’un mois. Mais seules les prisonnières ont réussi à obtenir leur libération à cet époque.
L’échec du processus de paix fait que la dernière page de la lutte des femmes prisonnières n’a pas encore été écrite reconnaît Khoury.
Les femmes palestiniennes souffrent toujours à l’intérieur des prisons israéliennes, mais elles font l’effort de préserver leur dignité et d’intégrer les aspects sociaux et politiques de la vie palestinienne. « Malgré le fait que ces quatre femmes ne sont plus actuellement dans des prisons israéliennes, elles se retrouvent dans une prison encore plus grande en portant la « prison » à l’intérieur d’elles dans tous les aspects de leur vie » déclare Khoury.

Buthina Canaan Khoury a fondé la Compagnie de Production Majd en Palestine en 2000. En tant que cinéaste indépendante, elle a l’intention de produire des documentaires sur les différents problèmes vitaux palestiniens. Elle a 14 années d’expérience dans le domaine de travail de média sur le terrain en tant que première femme cameraman, productrice et coordinatrice, couvrant les événements spéciaux au Moyen Orient pour la « European Broadcasting Union (EBU) » et d’autres chaînes de télévisions européennes connues.

. « Women in Struggle » a été co-produit par Lichpunt Begium. Le film a été édité par Saed Andoni, musique de Wasim Kassis. Medea Spain a financé le projet.

Par Geneviève Cora Fraser [1]

Pour plus de détails, veuillez prendre contact avec Louise Bélanger, animatrice du groupe ACAT de l’ACP, 06 33 72 29 24


The American Church in Paris 65 quai d’Orsay 75007 Paris Metro : Invalides ou Alma-Marceau)


Telephonearabe 2005-2014