petitanim
Pour une diffusion plus large : Envoyez-nous vos infos, vos nouvelles, vos blagues, vos anecdotes, vos événements, vos caricatures .............
Lundi 16 Juillet 2018
Vendredi 26 janvier 2018 à 20h00
RAZZIA DE NABIL AYOUCH

FESTIVAL TELERAMA 21ème EDITION

Drame/ France, Belgique, Maroc/ 1h59/ VOSTFR
A Casablanca, entre le passé et le présent, cinq destinés sont reliées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais une même quête de liberté. Et le bruit d’une révolte qui monte….

Nabil Ayouch est le fils d’une mère juive française d'origine tunisienne et d'un père marocain, Noureddine Ayouch, patron de Shem's, une entreprise de communication marocaine, et fondateur de Zakoura, première association de microcrédit au Maroc1. Il est également le frère du réalisateur Hicham Ayouch.

Il passe une partie de son enfance à Sarcelles (Val-d'Oise) où il fréquente assidûment la MJC et le Forum des Cholettes2. Après 2012, il s'implique à Sidi Moumen, dans la banlieue de Casablanca, pour y développer un centre culturel sur le modèle de celui de son enfance2.

Carrière
Après des cours de théâtre et de mise en scène chez Sarah Boréo et Michel Granvale, Nabil Ayouch débute comme assistant-réalisateur et réalise à partir de 1992 des spots publicitaires. Il tourne ensuite trois courts métrages : Vendeur de silence, Hertzienne Connexion, tous deux plusieurs fois primés dans divers festivals internationaux, puis Les Pierres bleues du désert, avec Jamel Debbouze.

En 1997, il réalise son premier long métrage, Mektoub, qui réalise un record historique au box-office marocain avec plus de 350 000 entrées et qui est présélectionné en 1998 pour représenter le Maroc aux Oscars

En 1999, il met en scène un spectacle de gala marquant l’ouverture du « Temps du Maroc » au Château de Versailles.

En 2000, il tourne son deuxième long métrage, Ali Zaoua prince de la rue, qui remporte un énorme succès, plus d’une quarantaine de prix et une nouvelle présélection pour les Oscars. Entre 2000 et 2003, il crée le Prix Mohamed Reggab qui récompense les meilleurs scénarios et produit huit premiers courts métrages de jeunes talents. En 2001, il produit des séries pour la télévision marocaine et cofonde le GARP (Groupement des auteurs réalisateurs producteurs). En 2002, il participe pour Arte à la collection « Masculin / Féminin » en réalisant Une minute de soleil en moins3. En 2003, il fonde la Coalition marocaine pour la diversité culturelle. En 2005 il crée « Film Industry Made in Morocco », avec lequel il produit trente longs métrages. Il fonde ensuite, avec le soutien de l’Union européenne, Meda Films Developpement, structure accompagnant producteurs et scénaristes des dix pays de la rive sud de la Méditerranée en les aidant à développer leurs projets.

En 2008, Nabil Ayouch est membre du premier collège de l'avance sur recettes du Centre national de la cinématographie (CNC) et réalise son troisième long métrage, Whatever Lola Wants, Grand Prix du Festival national du film à Tanger, et distribué dans plus de 30 pays

. En 2009, Nabil Ayouch met en scène le spectacle de clôture du Forum économique mondial de Davos, en Suisse. Il lance la même année le projet « Images pour tous », qui a pour objet de créer des salles de cinéma numériques (10 en 2009) dans le monde rural et périurbain. Il réalise en 2011 un film intitulé My Land. En 2012, son film Les Chevaux de Dieu est sélectionné à Cannes dans le cadre de la section Un Certain Regard et remporte par ailleurs le Prix François-Chalais. En 2015, son film Much Loved, est sélectionné à Cannes4. Il fait l'objet d'une interdiction de projection au Maroc, énoncée par le gouvernement, accompagné par le Parti pour la justice et le développement (PJD), parti traditionnel et musulman conservateur5 car il est jugé comme portant atteinte à l'image du Maroc et de la femme marocaine. Il fait l'objet d'une grosse polémique qui divise la population6. Ce film remporte deux prix au festival du film francophone d’Angoulême

Plus d'infosici


Cinéma La Clef 34 Rue Daubenton - 75005 Paris Metro 7 Censier-Daubenton Bus 47 Censier-Daubenton


Telephonearabe 2005-2014