petitanim
Pour une diffusion plus large : Envoyez-nous vos infos, vos nouvelles, vos blagues, vos anecdotes, vos événements, vos caricatures .............
Lundi 10 Decembre 2018
Samedi 8 décembre 2018 à 18h30
LA SANGSUE DE SALAH ABU SEIF

Egypte, fiction, 1956, 126’, N&B

Scénario: Youssef Ghorab, Salah Abou Seif
Montage : Attia Abdu
Image : Wahid Farid, Kamal Karim
Photos : Ali Jamal Eddine
Son : Karikur Tchakmakjian
Musique: Fouad Dhahri
Décors: Wali Eddine Sāmah, Abdel Magid Sakhāwi Interprètes: Shadia, Chukry Sarhan, Taheya Carioca, Abdel Wares Asr

Production : Wahid Farid, Ramsis Naguib

Synopsis
Iman est un jeune campagnard qui quitte sa famille pour étudier au Caire. Sa logeuse, Shafaat, est une veuve exubérante qui s’entiche de lui et parvient à le séduire. Fasciné par la sensualité de cette femme beaucoup plus âgée que lui, Iman sacrifie tout à cette liaison jusqu’au jour où il tombe amoureux d’une autre. Il souhaite alors rompre avec Shafaat, mais celle-ci décide de se venger…

Biographie Né à Boulacq, quartier populaire du Caire le 10 mai 1915, Salah Abou Seif décède le 23 juin 1996. Après des études de commerce, il est employé dans une usine de textile. Passionné de cinéma, il rencontre le réalisateur Niazi Mostafa venu tourner un documentaire à l’usine qui appartient aux Studios Misr. Il devient son assistant réalisateur en 1934. En 1939, il se fait envoyer en stage de formation en Europe, stage interrompu par la guerre : c’est la découverte de la technique française, et des films français et italiens. A son retour, il devient assistant de Kamâl Sâlim sur La volonté (Al-’Azima). De 1943 à 1945, il tourne plusieurs courts métrages.

Salah Abou Seif signe son premier long métrage en 1945, Toujours dans mon cœur, après avoir passé plusieurs années dans les cellules de montage d’où sont sorties des œuvres importantes dont Al-Azima (La volonté) de Kamal Salim. En 1950, Le Faucon est son premier grand succès. Ton jour viendra en 1951, sur un scénario coécrit avec Naguib Mahfouz, à partir du Thérèse Raquin de Emile Zola, lui apporte une renommée internationale et ouvre ainsi le cinéma égyptien au réalisme. Il collabore à plusieurs reprises avec Naguib Mahfouz lors du tournage de Ton jour viendra (libre adaptation de Germinal), de Mort parmi les vivants et de Le Caire 30. Il développe le réalisme dans ses films, en s’attachant aux contradictions de la classe moyenne, colonne vertébrale de la société égyptienne, et il est le précurseur de ce courant dans le monde arabe.

Professeur à l’Institut du cinéma du Caire. Il dirige l’Organisme du cinéma de 1963 à 1965.

Plus d'infosici


Institut du monde arabe 1 Rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris


Telephonearabe 2005-2014