petitanim
Pour une diffusion plus large : Envoyez-nous vos infos, vos nouvelles, vos blagues, vos anecdotes, vos événements, vos caricatures .............
Mercredi 21 Fevrier 2018
Jeudi 8 mars 2018 à 19h00
LA AÏTA, ART COQUIN ET MUTIN

LES JEUDIS DE L'IMA

La Aïta, chant populaire féminin grivois né à la fin du XIXe siècle, est aussi une précieuse source d’information pour les historiens et sociologues.

Né dans le Sud agricole du Maroc à la fin du XIXe siècle, la Aïta (littéralement : le cri, ou l’appel) est plus qu’un chant populaire servi par des chanteuses aux formes généreuses et aux déhanchements lascifs : une véritable source historique et sociologique qui renferme une critique acérée de la société à travers l’expression intense, confinant à la tragédie, des sentiments. Surprenante par sa liberté de ton, autrefois censurée et méprisée car jugée grivoise, elle suscite un regain d’intérêt depuis le début du IIIe millénaire.

Avec :
Izza Génini, productrice et réalisatrice. On lui doit notamment la série de documentaires Maroc corps et âme, consacrés à divers genres musicaux marocains dont le gnawi, le melhoune ou la aïta.
Brahim El Mazned, inlassable militant de la cause musicale marocaine, notamment directeur artistique du festival Timitar d’Agadir, dédié à l’art amazigh, et directeur de Visa For Music à Rabat, plateforme et marché du disque et du spectacle vivant mettant en relief toute la création artistique africaine, moyen-orientale, caraïbe et sud-américaine.
Hassan Nejmi, poète, romancier, dont la thèse sur la Aïta fait référence en matière de musique. 

Débat animé par Rabah Mezouane, chargé de la programmation musicale à l’IMA

Plus d'infosici


Institut du monde arabe 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, Place Mohammed-V 75005 Paris


Telephonearabe 2005-2014