petitanim
Pour une diffusion plus large : Envoyez-nous vos infos, vos nouvelles, vos blagues, vos anecdotes, vos événements, vos caricatures .............
Mercredi 21 Aout 2019
Jeudi 12 septembre 2019 à 19h00

Dans le cadre de la 3e Biennale des photographes du monde arabe contemporain

La plupart des artistes libanais exposés dans le cadre de la 3e Biennale des photographes du monde arabe contemporain semblent avoir dépassé les questions liées à la mémoire de la guerre civile du Liban (1975-1990). Un thème revient néanmoins de façon récurrente : l’intranquillité.

Avec :
Nabil Canaan, cofondateur à Beyrouth, avec Leila Alaoui, du centre artistique pluridisciplinaire « Station » ;
Myriam Boulos, née à Beyrouth où elle se distingue dès l’âge de 23 ans, après l’obtention d’un master en photographie à l’Académie libanaise des beaux-arts, avec Vertiges du matin, série de clichés en NB des oiseaux de nuits beyrouthins à leur sortie d’un célèbre club libanais, le B018.
Débat animé par Gérard Lefort, journaliste, critique de cinéma, ancien responsable du service Culture du journal Libération.




Samedi 14 septembre 2019 à 17h00

Rencontre avec Akram Belkaïd autour de son ouvrage L’Algérie en 100 questions – Un pays empêché (Tallandier 2019).

Avec ses ressources naturelles importantes en gaz et en pétrole, sa jeunesse éduquée et volontaire, l’Algérie dispose de nombreux atouts. Pourtant, beaucoup d’Algériens se définissent comme « un peuple pauvre pour un pays riche ». Car l’autoritarisme du pouvoir, les freins à la création d’entreprise, l’état déplorable des infrastructures et de l’agriculture laissent le pays entravé de toutes parts, sans compter la vie quotidienne souvent compliquée. Et les polémiques et péripéties liées au scrutin présidentiel de 2019 ont engendré colère et accablement. Malgré tout, la jeunesse algérienne se mobilise et demeure créative, notamment grâce aux nouvelles technologies. Akram Belkaïd nous propose de décrypter ces questions à travers la situation politique, économique, sociétale de l’Algérie, et de montrer pourquoi ce pays si prometteur au lendemain de son indépendance est aujourd’hui enlisé dans ses multiples échecs et blocages.




Jeudi 19 septembre 2019 à 19h00

Robert Solé, Ali El Hafnaoui et Jacques-Olivier Boudon croisent leurs points de vue sur une passion partagée : l’Égypte.

Un journaliste-écrivain, un historien et un architecte, tous trois passionnés d’Égypte, croisent leurs regards et leurs analyses sur un pays qui suscite curiosité et fascination depuis des millénaires, et sur la passion française qu’il a fait naître.

Débat animé par Ahmed Youssef, écrivain, membre de l’Institut d’Égypte, directeur exécutif du CEMO, auteur de Bonaparte et Mahomet. Le Conquérant conquis (éd. du Rocher, 2003).




Mardi 1er octobre 2019 (18h30-20h30)
EN MEDITERRANEE ET AU MOYEN-ORIENT

Séance inaugurale du cycle de l’Université populaire 2019-2020 « Des hommes, des femmes et des dieux »

Rencontre avec :
Rachid Benzine, islamologue, essayiste et historien. Il a enseigné à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et a été chercheur associé à l’Observatoire du religieux….

Leili Anvar, auteure, journaliste et traductrice, maître de conférences en langue et littérature persane à l’Inalco. Ses travaux sont principalement consacrés à l’étude de la littérature mystique ainsi qu’à la littérature amoureuse et ses développements spirituels….

Marion Muller-Colard, théologienne et écrivaine. Docteure en théologie de l’Université protestante de Strasbourg, elle a également réalisé une année de spécialisation en études juives à Jérusalem. Longtemps aumônier en milieu hospitalier, elle est aujourd’hui membre du comité consultatif national d’éthique….

Modération : Jacques Huntzinger, directeur de recherche au Collège des Bernardins, coresponsable du séminaire « Liberté de religion et de conviction en Méditerranée : les nouveaux défis ». Ancien haut-fonctionnaire aux Nations-unies et ancien ambassadeur de France.




Mardi 1er octobre 2019 (18h30-20h30)

Cycle de l’Université populaire sur les religions, religiosités, spiritualités, croyances et incroyances en Méditerranée et au Moyen-Orient

D’octobre 2019 à juin 2020

Depuis les origines de l’être humain, sa quête de sens a emprunté différents chemins qui dessinent une géographie plurielle des spiritualités. Mais ces dernières décennies, les radicalismes religieux de tous bords occupent le terrain social et médiatique et ont en partie éclipsé les autres formes de religiosité, croyances, spiritualités ou encore incroyances, et cela particulièrement dans la région Méditerranée Moyen-Orient. En plus de bousculer l’échiquier géopolitique mondial, ces formes de religions « dégénérées » poussent jusqu’à l’absurde l’obéissance à une règle divine fantasmée et ont ainsi vidé de son sens la quête universelle des hommes et des femmes vers une transcendance, ainsi que leur questionnement profondément humain de leur place dans l’univers. Les institutions religieuses établies apparaissent quant à elles figées dans leur dogmatisme et peinent à dépasser cette crise de sens et leur inadaptation à la modernité. Or l’attraction qu’exerce le djihadisme pour de nombreux jeunes en perte de repères peut témoigner d’un besoin de sens qui paradoxalement les pousse dans les bras de ce nihilisme islamiste new age, dans des sociétés marquées par le « désenchantement du monde » décrit par Weber. Les institutions religieuses ont-elles la capacité de se réinventer pour pallier leur inadaptation à notre temps ? Quelles sont les tendances divergentes qui traversent en interne les différentes traditions religieuses et leurs communautés ? Quelles sont les autres formes de croyances dans cette région riche de traditions spirituelles ? Peut-on être incroyant sans être mécréant ? Une autre forme de rapport à la religion et à la spiritualité en-dehors de règles et de dogmes est-elle possible ?

Séance inaugurale
Religions, religiosités, spiritualités, croyances et incroyances aujourd’hui en Méditerranée et au Moyen-Orient

Déroulement des séances

Minorités ésotériques du Moyen-Orient : l’exemple des Alaouites, Druzes et Yézidis

Les institutions religieuses, un héritage historique daté ?

Les radicalismes religieux, une théologie poussée à l’extrême jusqu’à l’absurde

Sexe et religions, le grand malentendu

Spiritualités et croyances non institutionnelles

Les mécréances

Les pèlerinages : une fonction sociale plus que spirituelle ?

L’humanisme pour religion ?

Séance de clôture
À quand une place pour les femmes dans les religions ?




Jeudi 3 octobre 2019 à 15h00

5e Rencontre internationale Gibran : « Gibran Khalil Gibran, entre Orient et Occident »
Rencontre organisée par le Centre du patrimoine libanais, Université libano-américaine (LAU, Liban), en collaboration avec la chaire Gibran de l’Université du Maryland (États-Unis)




Jeudi 3 octobre 2019 à 19h00

Dans le monde islamique, l’astronomie connaît d’importants développements entre les IXe et XIe siècles.
L’astrophysicien Bruno Guiderdoni reviendra sur les nombreuses avancées scientifiques qui marquent cette époque et évoquera en particulier la figure d’Alhazen (965-1039). Physicien, mathématicien et astronome, pionnier de l’optique et de l’astronomie, il confirme la théorie de l’intromission de Démocrite et d’Epicure, selon laquelle la lumière se reflète sur tous les objets qu’elle rencontre, et entre ensuite dans l’œil. Les découvertes naissent aussi à la faveur de la nuit.




Jeudi 17 octobre 2019 à 19h00

L’écrivain et dramaturge Driss Ksikes vient de faire paraître chez Fayard Au détroit d’Averroès. L’occasion d’explorer les multiples lectures auxquelles se prête l’œuvre du grand philosophe cordouan du XIIe siècle.

L’œuvre d’Averroès a la particularité de se prêter à de multiples lectures et interprétations, littéraires aussi bien que philosophiques ou anthropologiques. Le récit de Jorge-Luis Borges La Quête d’Averroès, celui de Driss Ksikes, Au détroit d’Averroès, les approches et les décryptages de Jean-Baptiste Brenet en témoignent. L’œuvre du philosophe est ainsi un vaste territoire de cogitation dans lequel se retrouve également l’écrivain marocain Abdelfattah Kilito dont le travail de déconstruction et de déchiffrage des textes reste des plus féconds.

Débat animé par Mohammed Habib Samrakandi, chef du projet « Cultures du Monde », directeur de la revue Horizons Maghrébins.




Jeudi 24 octobre 2019 à 19h00

En partenariat avec le Festival de la culture soufie de Fès

Gratifiées en islam d’un statut majoritairement peu enviable, les femmes trouvent à affirmer leur place et leur libre-arbitre à travers la pratique du soufisme.
Dans le cadre des Arabofolies.


Avec : Kahina Bahloul, islamologue diplômée de l’École pratique des Hautes Études, théologienne, actrice du dialogue interreligieux ; elle s’est spécialisée dans la mystique musulmane et ses recherches portent particulièrement sur la pensée d’Ibn ‘Arabî ;
Fouzia Oukazi, diplômée de l’Institut d’Études politiques d’Alger, spécialisée en histoire moderne (Paris X) et en sciences des religions (EPHE-IESR), professeure d’histoire-géographie en lycée. Son dernier essai, Femmes en Islam, est paru chez L’Harmattan en 2016 ;
Inès Safi, scientifique franco-tunisienne, chercheuse au CNRS en physique théorique. Elle nourrit parallèlement une réflexion empreinte de soufisme sur la relation entre science et religion, sur la place de la femme en islam et sur le dialogue interreligieux.

Débat animé par Carole Latifa, directrice artistique, chercheuse indépendante en pensée et culture de l’islam




Jeudi 7 Novembre 2019 à 19h00

La Fabrique de la Méditerranée, ouvrage collectif réalisé par 18 auteurs sous la direction de Thierry Fabre, vient de paraître aux éd. Arnaud Bizalion. Qu'est-ce qu'un style de vie à la méditerranéenne? Il se propose de répondre à cette question.

Avec :
Thierry Fabre, directeur du programme Méditerranée de l’Institut méditerranéen de recherches avancées (IMéRA), fondateur des Rencontres d’Averroès ;
Pascal Amel, écrivain, directeur de la revue d’art contemporain Art absolument, notamment auteur de L’Heure du loup (Éd. Sillages/Noël Blandin, 1991) et Sur les traces d’Empédocle (avec Najia Mehadji, Éric Linard éd., 1994) ;
Fethi Benslama, psychanalyste, essayiste, auteur de nombreux essais, dont le dernier, signé avec Farhad Khosrokhavar, Le Jihadisme des femmes. Pourquoi ont-elles choisi Daech ?, est paru au Seuil en 2017.
Débat animé par Lamia Berrada-Berca. Écrivaine, elle a exploré au fil de ses sept romans le thème de l’enfermement, le rapport à la mémoire et à l’espace, les métamorphoses et les failles minuscules qui se glissent dans l’espace de l’intime, mais également les enjeux qui fondent notre rapport à l’émancipation. Et vivre, Beckett ? (éd. Le temps qu’il fait, 2018) est son dernier essai.





> >>
video
facebook
pub
voltaire_net
francemaghreb
undergroone
medinaweb
Telephonearabe 2005-2014