petitanim
Pour une diffusion plus large : Envoyez-nous vos infos, vos nouvelles, vos blagues, vos anecdotes, vos événements, vos caricatures .............
Lundi 22 Octobre 2018
Du lundi 16 avril au 10 juin 2018
FARID MAMMERI "AMONTS"

Vernissage le 21 avril à 15h

ACB vous invite à regarder l’exposition
"Amonts"
Farid Mammeri
Farid Mammeri
Publié le 29 novembre 2015 par Med Tabèche

On continue avec les peintres de la famille Mammeri, Farid est le troisième du nom. Il ne serait pas étonnant de découvrir encore d’autres plasticiens dans la famille car, quand on a baigné durant son enfance dans la culture des arts et des lettres, et aussi qu’on appartient à une société où l’on fabriquait tout : Les enfants, leurs propres jouets ; les adultes, leurs instruments de travail, de cuisine, de tissage, etc. … il y a de fortes chances qu'il y ait là un héritage.

Farid Mammeri est né le 21 janvier 1953, au village Taourirt Mimoun, Douar Beni-Yenni, commune mixte de Fort National (aujourd’hui Larbaa Nath Irathen). Il est bien connu du grand public, comme journaliste et poète, moins comme peintre. Il est rentré à la Radio Chaîne 3, en 1977, où il a produit et animé une émission culturelle.

A paris, en mars 2013 Farid Mammeri expose rue des Maronites dans les locaux de l’ACB (Association Culturelle Berbère). L’exposition est animée par la musique et les chants berbères de Myriam Hammani, une autre grande artiste d’At Yanni, venue d’Amérique. C’est à cette occasion que Farid répond aux questions et explique son parcours, à “Bab edd’Art“ et Nadia Agsous “Litt’Arte“ :

Qu’est ce qui t’a emmené à faire de la peinture ?
Dans mon souvenir, aussi loin que je remonte, il me semble que j’ai aimé dessiner. Ma tante paternelle garde, je crois, à ce jour, ces dessins d’enfant. Au lycée, j’ai eu la chance d’avoir un bon professeur Oscar Spielmann et j’ai pu, à son contact, dans les rares heures consacrées aux arts plastiques développer ce que l’on apprend dans une académie classique. Cela m’est resté. Pour le reste, la peinture a été pour moi un moyen d’expression tout autant que l’écriture.

Lorsque j’étais étudiant, nous proposions quelques amis et moi des expositions de poésies illustrées, cela nous permettait de pallier le manque d’édition et de déjouer quelque peu les autocensures éventuelles. L’expérience était intéressante dans la mesure où elle nous permettait un contact direct avec le public que nous voulions toucher et d’avoir des échanges fructueux.

Quel est l’artiste qui t’a influencé ?
Je n’ai pas d’influences marquées ou de revendications de lignée, d’affinités symboliques, j’aime juste explorer les territoires de la création avec en tête toutes les avancées, les innovations, les ruptures permises par tous les artistes que j’ai pu admirer, croiser pour quelques uns, découvrir pour de nombreux autres.

As-tu des liens avec Azouaou Mammeri, un des premiers peintres algériens ?
Azouaou Mammeri est un mien cousin. Avant l’Indépendance, mon grand-père maternel avait la garde de ses œuvres; un certain nombre d’entre elles étaient accrochées sur les murs. Comme j’étais scolarisé à Tizi-Ouzou, je passais donc la semaine chez mes grands-parents, j’avais donc sous les yeux ces peintures.

Quand une expo en Algérie?
Une expo en Algérie peut être envisagée. Je n’ai pas de contraintes particulières qui pourraient s’y opposer. Entretien réalisé par Bab edd’Art

Plus d'infosici


Association de Culture Berbère 37 bis rue des Maronites 75020 Paris


Telephonearabe 2005-2014