petitanim
Pour une diffusion plus large : Envoyez-nous vos infos, vos nouvelles, vos blagues, vos anecdotes, vos événements, vos caricatures .............
Mardi 22 Octobre 2019
Du mercredi 11 septembre au dimanche 24 novembre 2019
TROISIEME BIENNALE DES PHOTOGRAPHES DU MONDE ARABE CONTEMPORAIN

Du 11 septembre au 24 novembre 2019, la troisième Biennale des photographes du monde arabe contemporain poursuit l’exploration de la création photographique contemporaine du monde arabe. Elle reste fidèle aux lignes directrices qui ont fait son succès : assurer sa richesse et sa diversité en se déployant dans plusieurs lieux, au fil d’un parcours entre MEP et IMA ; porter un regard sur le monde arabe contemporain tout en privilégiant la démarche artistique ; réunir des artistes de toutes origines. Pour cette 3e édition, l’IMA met la scène libanaise à l’honneur avec des œuvres pour la plupart réalisées au cours de la dernière décennie ; et la MEP donne carte blanche à l'artiste marocain Hassan Hajjaj.

La Biennale des photographes du monde arabe contemporain se déroulera simultanément dans neuf lieux parisiens : l’IMA, la MEP, la Cité internationale des arts, la Mairie du 4e, la Galerie Clémentine de la Féronnière, la Galerie Agathe Gaillard, la Galerie XII, la Galerie Basia Embiricos et Graine de photographe, dessinant un parcours pluriel à travers les différents regards des photographes contemporains sur le monde arabe.
Chacun des lieux d’exposition présentera à la fois les travaux de créateurs issus du monde arabe, résidant dans leur propre pays ou « parlant » depuis un autre rivage, et les œuvres d’artistes étrangers témoignant eux aussi de la réalité des pays arabes. Le mélange des cultures et le dialogue des sensibilités est au cœur de la Biennale.

"Il est difficile d’identifier un artiste libanais à travers une forme photographique
Ce qu’on reconnaît en revanche, c’est le type de propos qui anime ces artistes. Y compris ceux qui ont quitté le Liban."
Gabriel Bauret, commissaire général de la Biennale

Le Liban à l'honneur à l'IMA
Les années de guerre civile au Liban (1975-1990) ont profondément marqué les photographes. Le besoin d’entretenir la mémoire d’un patrimoine architectural perdu, de montrer les stigmates du conflit, semblait au cœur de leurs préoccupations artistiques. Certains travaux actuels en conservent la mémoire ; mais une nouvelle génération s’en détache et aborde des thématiques inédites.

Un regard sur le Liban d’aujourd’hui
C’est cette nouvelle génération qui est à découvrir à l’IMA. Créateurs reconnus ou encore peu montrés en France, les artistes participent d’une effervescence artistique qui transparaît au fil du parcours. La plupart sont libanais, même si certains ont décidé de vivre ailleurs tout en continuant de produire des œuvres dans et sur leur pays. Quelques-uns sont des « étrangers » de passage et ont donné du Liban une vision marquée de l’empreinte de leur propre culture ; d’autres encore ont choisi de s’y installer. Cette diversité de motifs et d’approches, ce dialogue des sensibilités nourrit l’esprit de l’exposition. Les œuvres exposées ont pour l'essentiel été réalisées au cours des années 2010.

Du réalisme à la fiction
L’exposition s’articule en deux temps. Une première séquence, à caractère documentaire, est en prise avec la réalité géographique, urbaine et sociale, l’histoire, le devoir de mémoire, le mélange des communautés, l’exil. La seconde, échappant aux contraintes du réalisme, réunit des artistes qui nous entraînent dans d’autres paysages, rêvés ou inventés, exprimant la quête d’un ailleurs, le désir d’évasion. Les travaux ici réunis abordent le registre de la fiction, cultivent l’imaginaire, développant des formes telles que le photomontage ou le collage numérique. Deux projections encadrent le parcours : Beyrouth centre ville, 1991, un court-métrage documentaire de Tanino Musso sur la capitale libanaise au sortir de la guerre ; et à la fin de l’exposition, une installation de Zad Moultaka associant une vidéo – paysages – à une composition musicale. Enfin, un passage aménagé entre les deux niveaux d’exposition accueille Beyrouth mon amour de Vladimir Antaki, une installation dont la forme évoque celle d’un kaléidoscope.

Les artistes exposés à l'IMA
Lamia Maria Abillama (1962), Clashing realities, 2006 (work in progress)
Vladimir Antaki (1980), Beyrouth mon amour, 2017-2018
Nadim Asfar (1976), Where I end and you begin, 2015 (work in progress) (expérience de la montagne)
Myriam Boulos (1992), Nightshift, 2015
Catherine Cattaruzza (1968), I Can't Recall the Edges​, 2016-2019
Gilbert Hage (1966), Eleven views of Mount Ararat, 2009
Omar Imam (1979), Live love refugee, 2016
Maria Kassab (1980), Le Naufrage, 2018
Dalia Khamissy (1973), The Missing of Lebanon, 2019
Demetris Koilalous (1962), Antiparadise. A lebanese notebook, 2011
Zad Moultaka (1967), Création visuelle et musicale
Tanino Musso (1952), Beyrouth centre ville, 1991 (court métrage, 15’)
Berine Pharaon (1974), Another stranger, 2017
François Sargologo (1955), Beyrouth empire, 2017-2018
Ieva Saudargaité Douahi (1988), Dernière ville, 2013
Caroline Tabet (1974), Recueil, 2012-2013
Lara Tabet (1983), Underbelly, 2017
Tanya Traboulsi (1976), Ich Schreibe dir später, 2013
Vicky Mokbel (1964), On-Off / In-Out, 2015

Plus d'infosici


Institut du monde arabe 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, Place Mohammed-V 75005 Paris


Telephonearabe 2005-2019